Baronnerie de Creully - Attalus et sa Famille Index du Forum
Baronnerie de Creully - Attalus et sa Famille
Les Terres du Baron Attalus et de sa Famille
 
Baronnerie de Creully - Attalus et sa Famille Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Journal Léopard Normand n° 2 ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Baronnerie de Creully - Attalus et sa Famille Index du Forum -> Baronnerie de Creully - Attalus et sa Famille -> Au Manoir de Creully -> - Aile Publique -> Bibliothèque
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Attalus
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 02 Jan 2010
Messages: 510
Localisation: Creully - Bayeux - Mont Saint Michel

MessagePosté le: Mar 8 Nov - 20:54 (2011)    Sujet du message: Journal Léopard Normand n° 2 Répondre en citant

Meleagre a écrit:
Citation:

Edition du 24 décembre de l’an de grâce mil quatre cent cinquante six
N°2

Directeur de la publication : JGLTH
Rédactrices en chef : Mitijo et Deidamie
Correspondant spécial vétérans pour le Canard Normand : Redwanator


Le canard normand



Editorial
Et voila, grand soulagement, nous avons réussi à boucler un second numéro de notre journal. Pas évident après le succès du premier, nous aurions pu nous reposer sur nos lauriers et profiter de nos retraites de fin d’année. Mais non, nous avons décidé de vous faire un beau cadeau Noel.
Pas évident il est vrai d’arriver à écrire en ces temps de mobilisation. Depuis la semaine dernière la Bande de Normandie est en effet passée à la vitesse supérieure et a commencé son grand nettoyage d’Hiver. Pour l’instant c’est un succès comme le sera assurément ce numéro !!!
JGLTH pour le canard normand
Organisation hiérarchique de la soldat (ou autre) qui a recruté 4 soldats et qui a reçu l’autorisation de l’Etat Major pour former une lance. Dans la lance, le varlet peut s’appuyer sur le maistre d’armes qui est en quelque sorte son second. Cependant, je vais briser certains présupposés tenaces : le maistre d’armes n’est pas un grade. C’est un titre honorifique décerné à un soldat méritant, généralement un vétéran.
La garnison est dirigée par un lieutenant qui organise donc les varlets et soldats de sa ville. Il est chargé du recrutement, des demandes de soldes, de l’organisation des missions. Il est le relais direct de l’Etat Major auprès des soldats. Il peut être assisté dans sa tâche par un sous lieutenant.
Maintenant passons à l’Etat Major. Il organise le fonctionnement au jour le jour de la BdN ainsi qu’à plus long terme. Les décisions sont prises en réunion et en cas de désaccord, il revient au Lieutenant Général de prendre la décision.
Actuellement il est composé d’un Lieutenant Général, de deux Lieutenants Généraux en Second, d’un Intendant, et d’un Responsable des Effectifs.
Le Lieutenant Général, Attalus, est le grand chef de la Bande de Normandie. Il en est le responsable militaire. Cependant, il doit tenir compte des orientations voir des ordres donnés par le Duc (Patsy) et le Connétable (Alcalnn).
Les Lieutenants Généraux en Second se partagent une juridiction militaire pour seconder directement le LG : Freixenet pour Avranches, Lisieux et Bayeux ; JGLTH pour Honfleur, Dieppe et Fécamp. La ville de Rouen est gérée plus particulièrement par le LG.
L’Etat Major compte aussi dans ses rangs un Intendant (poste actuellement occupé par JGLTH) qui s’occupe de l’attribution des soldes en travaillant directement avec le Connétable et le CaC du Duché. Généralement, on lui attribue le grade de Lieutenant Major, supérieur donc à celui des lieutenants de garnisons. Pour compléter l’Etat Major actuel, nous avons un Lieutenant Major plus particulièrement chargé (mais pas seulement) de la gestion des effectifs de l’armée en la personne de Thael.
JGLTH pour le canard normand
La gazette des casernes[/sBande de Normandie (BdN)
A la base de la hiérarchie de la Bande de Normandie nous trouvons les fiers et fières léopards normands, les soldats. C’est logiquement le groupe le plus nombreux de notre armée.
Les soldats sont répartis dans des casernes en fonction de leur domiciliation (une caserne par ville) et dans ces casernes sont organisés en lance.
Une lance est dirigée par un varlet. C’est soit un soldat méritant qui a été promu pour prendre la tête d’une lance existante, soit un ize]

[size=18]caserne d’Avranches

La charge héroïque du 28 avril 1456

Chers camarades, j'ai aujourd'hui l'honneur d'inaugurer la rubrique « Vétérans » du Canard Normand. Aussi, afin de conter aux plus jeunes d'entre nous quelques aventures épiques de nos vaillants camarades, j'ai choisis d'ouvrir cet article par l'un des plus surprenants épisodes de la guerre Normando-Bretonne de 1456, "La charge Héroïque du 29 Avril"...
C’est ainsi que le 28 Avril de l’an de grâce 1456, nous partîmes de Lisieux en direction du Mans sous les ordres du Comte Théobaldes d'Azayes. Le premier jour tout se passa bien, nous suivîmes, le reste de l’Armée Normande, fatiguant quelques peu nos chevaux dans un trot fort soutenu. C’est ainsi que nous traversâmes la Ville d’Argentan, et la nuit venue nous nous arrêtâmes afin de bivouaquer quelques lieues avant la capitale Alençonnaise.
Le voyage s’était jusqu’alors passé sans incident, nous étions certes un peu peiné de quitter notre foyer, mais cela était compensé par la joie d’aller libérer les habitants lavallois de l’oppressante présence bretonne. Le lendemain à l’aube, après une nuit relativement douce le lieutenant général Reaver donna l’ordre de lever le Camps, et de se remettre en route au plus vite.
Les plans n’avaient jusque là pas changé, nous devions traverser Alençon et rejoindre le Mans pour la fin de la journée. Une fois la capitale traversée, un certain engouement nous pris, Théobaldes et toute notre lance, composée des dames  Emelyne, Freixenet et Salvaressa, ainsi que des sieurs : Akkar, Dark_Sata, P3x750s et moi même.
C’est ainsi que nous nous lançâmes au grand galop afin d’arriver les premiers au Mans et de profiter d’une pleine soirée de divertissement dans la capitale Mainoise. Hélas le cheval du sieur P3xc750s était mal ferré et il ne put suivre la cadence, il dut rebrousser chemin jusqu’à Alençon afin de régler ce problème.
Mais entre temps, le lieutenant général Reaver avait reçu des ordres provenant de la connétablie disant que Le Mans étant assiégé par une armée Bretonne, il fallait absolument bifurquer sur Mayenne afin d’éviter un combat trop inégal.
Malheureusement notre lance ayant pris trop d’avance, nous ne pûmes être averti de ce péril. C’est ainsi que quand nous arrivâmes en vue des murailles la capitale du Maine, nous eûmes la mauvaise surprise de voir également des bannières recouvertes d’hermine tout autour.
Les guetteurs bretons eux nous avaient déjà repéré et n’eurent que peu de mal à comprendre qui nous étions, nos armes souffrant d’une fort mauvaise réputation chez eux. Nous fûmes alors confronté à un cruel dilemme, le combat étant perdu d’avance vu le surnombre breton, devions nous fuir afin d’épargner la vie des soldats normand ainsi que la notre par la même occasion, ou devions nous au contraire faire face avec dignité ?
Opter pour la première option, c’était sans compter sur le fait que le normand a autant de courage et de fougue que les léopards qui ornent la bannière de son duché, nous entendîmes dernière nous un cri qui eut vite fait de se répandre chez les 6 personnes constituant notre lance : « Sus aux Bretons », « Sus aux traîtres »...
C’est alors que nous levâmes notre épée criant « Pour la Normandie !», « Sus aux Félons ! », nous fondîmes ainsi sur l’ennemi.
Hélas notre élan eut vite fait d’être cassé, submergé par les Bretons, criant des insanités dans une langue incompréhensible. Ils s’en prirent d’abord aux femmes, leur portant des coups presque mortels et n’hésitant pas à aggraver leurs blessures une fois qu’elles étaient inconscientes, prenant un plaisir sadique à s’acharner sur leur bouclier. Ce fut le sort des dames Emelyne et Freixenet ainsi que de moi-même ayant tenté de m'interposer. Aristote soit loué, nous restâmes en selle ce qui permit à dame Salvaressa, qui avait tenu tête au chef de l’armée, s’en sortant avec des blessures assez légères, de nous mener vers l’Alençon.
Quand aux soldats encore en état de combattre, après avoir tenu tête aux bretons qui avait fondu sur eux après notre fuite, les sieurs Dark_Sata et Akkar commençaient à éprouver quelques difficultés à résisté aux assaillants de plus en plus nombreux, encaissant des coups d’épées qui leur faisaient subir des blessures dont la gravité allait s’accroissant.
Fort de son expérience martiale, le comte Théobaldes se fraya un chemin jusqu’à eux et asséna, redoublant d'effort, d'innombrables coups d'épée, repoussant ses adversaires directs. Grâce à la confusion ainsi semée, les derniers de nos combattants en profitèrent pour battre retraite, considérant avoir combattu de façon assez hardie pour ne point être traité de lâche.
Ils rejoignirent ensuite un bref moment à Alençon afin d’évaluer l’état de chacun.
La chance inouïe leur fut donnée de s'en être tiré sans la moindre égratignure, c’est pourquoi nos compagnons décidèrent d’aller seul jusqu’à Mayenne tandis que le reste des membres de notre lance irait soigner ses blessures à Lisieux.
Afin de conclure ce récit, nous dirons que certes nous n’avons pas mis en pièce l'ennemi Breton, nous étions dans l’incapacité numérique de le faire. Mais après cette charge menée avec la rage de vaincre que seul peut acquérir celui qui se bat pour une noble cause, si folle et désespérée fut elle. Il n’en est pas moins que le lendemain dès le levé du soleil, l’ennemi Breton leva le siège et rentra chez lui, sans doute terrorisé à l’idée de voir revenir une poignée d’aussi farouches guerriers.
_________________
Red de Normandie
Juge d'Application des Peines
Président du Conseil Avranchin
Maistre d'Arme de la lance du Leviathan
Vétéran des guerres de Bretagne de1455 et 1456, de la guerre d'Artois et de la Charge Héroïque du 29 Avril
Correspondant spécial Vétérans pour le Canard Normand

A Avranches, la vie, c’est vraiment de la grosse boulasse !

Savez-vous qu’à Avranches, on fait tout pour ça ? Un décret de convivialité a même été voté pour remplir les tavernes. ! Fagos, maire d’Avranches nous déclare que « pour le moment, il n’a pas encore été appliqué ce qui ne veux pas dire qu'il ne fonctionne pas ». Pour ceux et celles qui ne connaissent pas ce decret, Fagos nous rappelle que « c'est celui qui permet à chaque avranchin de recevoir un verre à l'œil s'il passe en taverne lorsque les conseillers sont en réunion ». Le tout, c’est de savoir quand ils se réunissent… Et pour ce qui est de la nomination d’un curé à Avranches comme certains soldats le réclament , Seriella, évêque de Lisieux, nous dit y travailler… « Ce qui est sûr, c'est qu'un curé anime la vie d'un village... »précise-t-elle… Affaire à suivre…
Mitijo pour Le canard normand
Agenda

19 décembre : Election de Dame Fagos à la mairie d’Avranches.
21 décembre : Une terrible maladie s’abat sur le Royaume, de nombreux soldats sont touchés ; état de grande faiblesse, perte de force et de charisme. Les médecins les plus éminents sont réunis en congrès pour enrayer ce mal… Allons-nous assister  à une nouvelle épidémie ? Les autorités assurent que non et affirment que tout a été mis en œuvre. Affaire à suivre…
Mitijo pour Le canard normand
Les nouvelles recrues de l’Ost

Cette semaine nous accueillons au sein de notre armée  quatre nouvelles recrues !  Bienvenue à…  Zroyzroy , Khyra et Gontrand de Rouen ainsi qu’à Loran 974 de Dieppe !
Mitijo pour Le canard normand
Mais où sont-ils donc tous  passés?
Avranches

Les effectifs d'Avranches ont été revus provisoirement, le temps que l'opération de défense en cours soit terminée. Une seule lance avranchine donc actuellement, la «  Lance de défense de la ville d'Avranches » dont le meneur est le Lt major Thael . Cette lance défend la mairie en alternance avec celle des templiers (provisoirement sous les ordres d'Attalus) , afin de protéger la ville.
Bayeux  et Honfleur

Les soldats de Bayeux  et d’Honfleur sillonnent actuellement la Normandie dans l’armée de Kirah (Quo Fata Ferunt).
Dieppe et Fécamp

Les soldats de ces deux garnisons sont  à Dieppe dans l’armée de Dunhyll (N.O.U.S).
Lisieux

La garnison de Lisieux a intégrée l’armée d’Attalus (Normands Aeternum).
Rouen

La lance de Nuage a rejoint l’armée de Dunhyll .
La lance de Niark est en renfort sur Lisieux.
Les autres lances rouennaises  sont restées  à Rouen pour protéger la capitale.
Mitijo pour Le canard normand. Merci à JGLTH et à Thael pour leur aide.

_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 8 Nov - 20:54 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Attalus
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 02 Jan 2010
Messages: 510
Localisation: Creully - Bayeux - Mont Saint Michel

MessagePosté le: Mar 8 Nov - 20:54 (2011)    Sujet du message: Journal Léopard Normand n° 2 Répondre en citant

Meleagre a écrit:
Citation:

Ils sont tombés pour la Normandie…

Le contrôle des frontières décidé par le Conseil ducal a fait cette semaine deux victimes au sein de nos armées. Arriane et Vaivai.
Arriane qui tentait de rejoindre à Dieppe le lieutenant Neiviv et Vaivai qui se rendait à Fécamp voyageaient seuls. Des brigands les ont attaqués. Ils se sont vaillamment défendus les armes à la main, mais ils ont tous deux succombé sous le nombre de leurs assaillants.  Le duché a pris en charge leur cérémonie funéraire et une rente a été accordée à la famille. Tous les membres du Canard Normand s’associent pour présenter aux familles leurs plus sincères condoléances. Un gros bisou en particuler pour Audlina.
Mitijo pour Le canard normand
Caserne de Bayeux
Le comité de rédaction recherche un correspondant pour Bayeux
La solitude du guerrier

Il était assis, les deux semelles sur sa table de travail, dans le bureau de recrutement de l’Armée Normande à Bayeux, à, comme il nous le dira lui-même, à gosser un rondin. Puis un deuxième. Puis un troisième. Et puis un autre. Et un autre. Et encore un autre. C'était, nous dira-t'il, assez gossant à la fin. Il avait, ainsi, tout de même, pu fabriquer une caisse de cure-dents et n’était, somme toute, pas peu fier du travail de ses mains. Mais voilà, qu’il fallait ramasser tous ces copeaux par terre. Il le fallait bien. Qu’aurait-on pu penser de lui ? Qu’il se la coulait douce pendant que la plupart des soldats étaient partis en mission avec l’Armée. Reportage unique sur un soldat seul de notre envoyée spéciale à Bayeux
Veutdelot : M’enfin, vous exagérez un brin. Unique reportage sur un seul soldat m’aurait paru plus approprié…
Canard Normand : Et pourquoi donc ?
VDL : Bah, j’sais pas trop, j’disais ça comme ça, ouais c’est ça…non, attendez, c’eut été mieux de cette façon :
( L’homme se lève; époussette son uniforme; déclame d’une manière théâtrale puis se rassit aussitôt. )
« Reportage, seule, sur un soldat unique ! » Mmm, pas vilain !
CN : Vous me semblez, comment dire, plutôt simple, et oui, oui, j’y arrive, j’y arrive, compliqué à la fois.
VDL : J’aime bien la formule, en effet !
CN : Qu’étiez-vous en train de faire, soldat ?
VDL : Appelez-moi par mon nom. Après tout nous sommes frère et sœur d’armes, n’est-ce pas ?
Euh, bien…j’étais en train de gosser après du bois.
CN : Mais qu’est-ce à dire, Ghésouaf ?
VDL : Oh, pardon ! J’aurais dû vous offrir un verre. Un calva, peut-être ?
CN : Non merci, Veutdelot.
VDL : Hein ? Sans blague ! J’aurais pas cru !!!
CN : Grrrr.
VDL : S’cusez-la ! Bien oui, gosser….comme dans tailler du bois, ou ce que vous voulez. Ou comme dans aiguiser. Ainsi, moi aujourd’hui, par exemple, je taille du bois certes, mais j’aiguise en même temps ma patience. Car il en faut de la patience pour tenter de recruter une relève qui ne cesse de tomber. Cela devient de plus en plus lourd à porter, et j’ai comme principe de ne prendre cela aucunement à la légère. Vous comprenez ?
CN : Je vois. Mais dites-moi, VDL, comment vous sentez-vous là-dedans ?
Parlez-nous des sentiments qui vous animent ? De votre moi profond, si je peux dire ?
VDL : Pas avant deux ou trois bouteilles de cette bonne eau de vie. Allez hop, cascade !
À la bonne vôtre !
CN : À la tienne, mon frère !
VDL : Ahhhh, j’aime bien votre professionnalisme ! Si,si je vous l’assure !
Bon…comment, je me sens ? Bah, je vous avoue, en toute primeur, pour vos lecteurs, que j’en ai mon LAC ! Ou si vous préférez, j’en ai marre ! J’en ai marre de cette indifférence à l’égard de la chose militaire. Tous les prétextes sont bons pour se tenir loin de l’armée. Genre : « Aristote aime aussi les Bretons…les Angevins. » Et pourquoi pas, si on s’en tient à cette rhétorique de moumounes…les brigands…et le Roy, tiens donc ! Euh, bien bon ce calva, ne trouvez-vous pas ?
CN : Continuez, je vous prie.
VDL : Ou encore, on n’ose pas s’engager car on me dit ne pas aimer à recevoir d’ordres, à se sentir dirigé. On veut pouvoir être libre. Mais libre de quoi, je vous le demande ? De faire rire de soi par les Bretons…par les Angevins…et pourquoi pas si on continue à s’en tenir à cette rhétorique de…pleutre, par les brigands et par le Roy, tant qu’à y être !
CN : Vous ne mâchez pas vos mots.
VDL : Avec du calva, ça finit par passer !
CN : Donc, vous vous sentez seul ?
VDL : Pour l’instant, je me sens seul, ici dans ce Bayeux qui m’a vu naître. La plupart de mes camarades étant déjà en mission avec notre grande Armée Normande. Mais mon tour viendra et je me sentirai revivre au sein de cette grande famille de valeureux soldats qui sont tous épris du même idéal : Servir ! En attendant, j’espère juste ne pas me couper un bout de doigt pour rien !
Vous voulez un cure-dents ?
CN : Merci, Ghésouaf Veutdelot ! À une prochaine. Sur un champ de bataille, peut-être ?
VDL : Vous êtes gentille.
Interview de Veutdelot  pour Le canard normand
Mitijo pour Le canard normand

Caserne de Dieppe
Le comité de rédaction recherche un correspondant pour Bayeux
Caserne de Fécamp
Le comité de rédaction recherche un correspondant pour Fécamp
Caserne d’Honfleur
Après l’exil forcé de notre cher lieutenant Johnny59 pour convalescence,  notre tout nouveau sous lieutenant Sangoku50 constitua une lance composée de Mylena, Hinriegh, Corby, Princesse0809, poupoune1376, Kharyn de Bayeux (venu nous prêter main forte) ainsi que moi-même. Après une longue marche nous rejoignîmes Bayeux ou nous avons intégré l’armée de Khira.
Etant une nouvelle recrue j’ai été fortement impressionné par la fureur des combats qui se déroulèrent cette nuit là où plusieurs bretons tombèrent sous nos coups de bâtons (qui eux aussi périrent également d’ailleurs) et d’épées.
C’est ainsi que pour certains d’entres nous nous découvrîmes le rythme soutenu de l’armée, les longues marches, l’attente, la peur, l’impatience et l’envie de se battre mais soutenu par les encouragements de nos vétérans nous avons pris conscience de l’importance et de la fierté de servir la Normandie.
Le lendemain, bien sur, nous échangeâmes fièrement nos scores en matière de têtes bretonnes, gardant en mémoire le souvenir de nos frères d’armes tombé au combat.
Tandis que les nuits suivantes, nous apprîmes davantage à nous battre ensemble et à nous soutenir les uns et les autres malgré le froid et la fatigue.
Je vous donne donc rendez vous toutes les semaines dans le canard Normand où je continuerai à vous tenir informer de nos aventures, tout au long de cette campagne puisque nous allons traverser toute la Normandie afin de préserver la sécurité des villes Normandes.
Chataigne78 pour le canard de Normandie
Caserne de Lisieux
Le comité de rédaction recherche un correspondant pour Lisieux
Caserne de Rouen
Les bons mots

Charade Rouennaise. Parue le 19 décembre 1456
Mon premier, un article quelconque !
La surprise en mon deuxième
Quand a mon troisième de ci de là, il n'en va nullement ailleurs !
Mon tout.   Allez zou !! Informez vous et régalez vous ....
Deidamie pour le canard de Rouen
Agenda

La Soule !! Ce n’est pas qu’un jeu !!! C’est aussi un moment de détente ou les Rouennais se retrouvent et jouent ensemble ! Des rencontres amicales sont organisées, pour preuve en ce 18 décembre 1456 Camisard et Helmasaur, que le meilleur l’emporte ! L’arbitre gentiment appelé « Tékil », se met en quatre pour pouvoir assumer ses fonctions d’arbitre de la Coupe Royale, et celles des matchs amicaux organisées dans la ville de Rouen !
Finalement soyez informés amis, que le match est reporté, la coupe royale de soule invite Rouen et Varennes à s’affronter !! Et que le meilleur gagne.
En ce 22 décembre 1456, beaucoup de Rouennais se sont retrouvés affaiblis !!!! Ha ces fêtes de fins d’années sont déjà très fatigantes apparemment !! Mais nous n’en sommes qu’aux préparatifs, qu’adviendra-t-il de nos soldats lorsque le calva aura
coulé a flot ….
En ce 23 décembre 1456 Layla quitte Rouen, notre petite infirmière a trop de travail, il faut l’aider !! Missniss la remplace au pied levée, allez courage miss nous allons être des soldats en forme et même en très grande forme après ces fêtes… Prévois de quoi soigner les maux de têtes !
Deidamie pour le canard de Rouen
La ville de Rouen compte à son effectif 5 lances aux noms des plus évocateurs.
 La Lance des Mains de Mort, Maison d'Armes de Niark.
 Lance des Fléaux Normands, Maison d'Armes de Guillaumedenormandie.
 Lance des Lames rouges de Dante, Maison d’Armes Missniss
 Lance L'Indomptable, Maison d'Armes Nuage
 Lance des Lions d'Or de la couronne, Maison d'armes de Polissonne
Deidamie pour le canard de Rouen
Les petites annonces du Canard Normand

Astrologien Averroiste cherche jeune femme lunatique
Soldate au baton, cherche désespérement ébéniste en rade !!
Offre bonne place de gardien de vache. Paiement par traites.Réservé aux soldats !
Soldat s'etant fait poutré, cherche les dents qu'il a perdu lors de l'attaque. Merfi de Le reftituer à fon propriétaire auffitôt que poffible.
Soldat breton échangerai armure endomagée contre canne en bon état
Camisard de Rouen

_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:28 (2018)    Sujet du message: Journal Léopard Normand n° 2

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Baronnerie de Creully - Attalus et sa Famille Index du Forum -> Baronnerie de Creully - Attalus et sa Famille -> Au Manoir de Creully -> - Aile Publique -> Bibliothèque Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
onyx © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com